Éoliennes : « Jeu de dupes, jeu de cons » – 02/05/2013 L’avenir

BRAIVES –
Le non catégorique du collège au cadre de référence et à la carte de l’éolien de la Région est plus ou moins partagé par le groupe BASE.

On s’en doutait : c’est à nouveau l’éolien qui a fait débat lundi au conseil communal braivois. Non plus sur le projet Gestamp mais sur la position à prendre avant le 1er mai à propos de la cartographie initiée au cabinet Henry. On savait déjà que le bourgmestre libéral Pol Guillaume (EC) n’en pensait que du mal. Il l’a répété avec virulence en parlant de «jeu de dupes» et même de «jeu de cons», ce que n’ont apprécié ni les socialistes ni l’écologiste de l’opposition, Marc Foccroulle (BASE) allant jusqu’à quérir un peu de respect pour la tutelle dont on quémande chaque semaine des subsides…

Finalement, après une interruption de séance et des discussions qui ont plutôt porté sur la forme que sur le fond, c’est un refus moins agressif et plus poli que l’initial qui sera envoyé au ministre. Le groupe BASE s’est vu refuser la réunion d’un groupe de travail en urgence mardi mais a obtenu un texte revu et corrigé exprimant finalement plutôt des doléances que de l’aversion.

La première constatation de Pol Guillaume avait été que le ministre ne lui avait guère laissé qu’un mois pour réagir. La première constatation de Marc Foccroulle allait être que le bourgmestre ne lui laissait même pas un jour pour réagir. Et ainsi de suite…

«L’autonomie communale bafouée», c’est bien sûr le refrain mayoral dans lequel l’opposition ne voit pas la «démarche constructive» qu’elle aurait souhaitée en matière d’éolien. Un document ministériel incomplet, inattentif aux paysages, aux oiseaux, aux chauves-souris, à la biodiversité et à la valeur des biens immobiliers avec des normes de bruit revues à la hausse… Encerclé par des éoliennes, Braives deviendrait à cause d’elles un désert touristique et économique dont le cadre de vie serait drôlement déprécié mais que le développement d’autres sources d’énergie verte pourrait au contraire rendre plus attrayant. Sans compter la fiabilité de la persistance d’implantations dont la rentabilité dépendrait de retombées financières régionales que la récente expérience des certificats verts rendrait aléatoires!

Dans la rédaction finale de l’avis communal, ces remarques devraient prendre le pas sur les commentaires plutôt liés au jeu politique, ce que souhaitait aussi Laurent Van Asselt (BASE). Mais le débat sur l’autonomie communale a malheureusement occulté celui de l’initiative communale voire intercommunale qui serait pourtant bienvenu en la matière.

Eoliennes: « un jeu de dupes » 02/05/2013 La Meuse